Angelica archangelica ~ ANGÉLIQUE

02/09/2021
02/09/2021

MONOGRAPHIE

Nom latin : Angelica archangelica

Noms communs : Angélique officinale, Angélique des jardins, Angélique des prés, Angélique des bois, Angélique sylvestre, Herbe à la fièvre, Angélique sauvage, Angélique vraie, Grande angélique, Herbe aux anges, Herbe du Saint-Esprit, Herbe impériale, Impératoire sauvage, Racine du Saint-Esprit

Famille botanique : Apiaceae / Ombelliferae (Fenouil, Célerie, Liveche, Persil, Anis, Carvi, Cerfeuil, Coriandre, Cumin, Aneth, Carotte sauvage)

Identification : L’Angélique est une plante bisannuelle (qui vit 2 ans). Dans sa première année, elle produit des tiges feuillues, dont les feuilles sont pennées, dentées, fines et lisses, vert brillant sur le dessus et grisées sur le dessous. Dans l’été de sa seconde année, l’Angélique produit une tige centrale violacée bien épaisse, forte, fibreuse et vide à l’intérieur, montant jusqu’à 2 mètres (parfois plus) de hauteur, terminée par de larges ombelles regroupant des petites fleurs larges de 2mm, blanches ou roses pale, à 5 pétales. À l’automne de sa deuxième (et dernière) année, les fleurs fanées laissent place à des graines, longues de 4-5mm et ailées. Toutes les parties de la plante sont aromatiques. Les fleurs offrent une odeur douce et sucrée, tandis que le reste de la plante (racine, tiges, feuilles, graines) offre une odeur et un goût piquant, stimulant, élevant et amer.

Habitat, Culture, Multiplication : L’Angélique a besoin d’un sol humide pour s’épanouir : bord de rivière, de lac, ou de ruisseau, bord de forêt, zone marécageuse, région humide… Elle a aussi besoin d’une exposition ensoleillée pour croître suffisamment et produire toutes ses belles huiles essentielles. On m’avait dit un jour : « l’Angélique se plaît les pieds dans l’eau et la tête au soleil ». Cependant, il existe d’autres variétés d’Angélique qui poussent à l’ombre ou semi-ombre. L’Angélique pousse à travers l’Europe, des pays du Nord jusqu’aux régions boisées et froides d’Espagne. Plus de 70 espèces d’Angéliques ont été repertoriées à travers l’Europe. Toutes sont médicinales et partagent les mêmes vertus (j’en parle plus bas). Nous ne sommes pas certains aujourd’hui quant à l’origine de la variété Angelica archangelica. Certains disent qu’elle vient de l’Est, d’autres des pays du Nord de l’Europe, où elle pousse abondamment : là-bas, les sols sont particulièrement humides. C’est une plante importante chez les Saami, peuple indigène scandinave, qui l’utilise dans ses pratiques et rituels (ils fabriquent des flûtes avec sa tige centrale et c’est une plante totem pour les chamanes). On retrouve l’Angélique en Amérique du Nord également, où les ours des régions forestières se font un plaisir au printemps de déraciner la plante du sol pour la manger. En Europe aussi, on mange l’Angélique : ses tiges sont confites en France, et mangées crues ou à la vapeur avec du beurre en Islande… En Chine, il existe une variété locale, Angelica sinensis (appellée Dong quai en médecine traditionnelle chinoise), qui a des vertus différentes de la nôtre : Dong quai promeut la circulation du sang et du Chi dans le foie, le coeur et le pancréas. L’Angélique archangélique est une plante qui se multiplie grace à ses graines. Les graines cueillies par l’humain restent « actives » 2-3 mois, il est donc recommendé de les semer peu après les avoir ramassées. Au moment de semer les graines, il est important d’espacer les plants d’au moins 50cm car c’est une plante très feuillue. C’est une plante bisannuelle mais une astuce pour la conserver au jardin plus longtemps est de couper ses ombelles lorsqu’elles aparaissent la deuxième année (mais au détriment des insectes pollinisateurs !!!).

Parties utilisées : racine, tige, feuille, graine

Consignes de cueillette : cueillir feuilles, tiges et racine en septembre de la première année. La racine doit être utilisée fraîche pour les alcoolatures ou mise a sécher dans une pièce sombre et aérée pour les tisanes. Cueillir les graines lorsqu’elles sont fraîches et dodues (vertes) en coupant les ombelles (entre juillet et octobre de la deuxième année).

Goûts : doux (« sucre »), piquant, stimulant, élevant, aromatique, amer, astringent

Energétique : chaud, plutôt sec

Composants : flavonoïdes, furanocoumarins (angélicine, ombelliférone, psoralène, bergaptène, imperatorène), coumarins, huiles volatiles (lactones angéliques, phellandrène), Angélicine (lactone), acide Angélique, acide Valérianique, acide cafféine, acide citrique, acides gras, phthalates, sucres, résines, iridoïdes amers, stéroles, tannins, vitamine C

Actions : analgésique/anti-douleur, antibactérial, anti-cancer, antifongique, antibiotique, anti-inflammatoire, antimicrobial, antiseptique, anti-rhumatismal, antiémétique/anti-nausée, antispasmodique, antioxidant, astringent, amer, stimulant circulatoire, carminatif,  diaphorétique/sudorifique, tonique digestif, stomachique, diurétique, émménagogue, tonique utérin, oestrogénique, oxytocique, expéctorant, hépatoprotectif, tonique immunitaire, nervin, régénérateur, tonique nutritif (racine)

Utilisations médicinales : Aromatique, réchauffante, piquante et amère – cette synergie unique de goûts et qualités fait de l’Angélique une grande alliée. Elle apporte énergie et vitalité de façon transformative, catalytique mais aussi relaxante, soulageante, réchauffante et protective.

Dans la tradition amérindienne, l’Angélique est appellée « Médecine de l’Ours » car c’est une des premières plantes que déracinent les ours au printemps pour se nourir lorsqu’ils sortent de leur période d’hibernation dans des caves froides, humides et sombres. L’Angélique a ce pouvoir de chasser l’humidité froide et stagnante dans le corps, de stimuler et nourir le métabolisme et la circulation, et d’accélerer les procéssus de guérison. Réchauffante, l’Angélique stimule la circulation sanguine et sa diffusion périphérique (peau, pieds, mains, tête). La couleur rouge/violacée sur ses tiges nous parle de son affinité pour le sang et sa capacité à former et nourir le sang. La chaleur purifiante et vitalisante qu’apporte l’Angélique au corps soutien la fonction immunitaire, le système lymphatique, ainsi que toute partie du corps déficiente en vitalité, chaleur, force et élimination. La chaleur apportée par son piquant nous aide à évacuer par la sueur (accélérant la guérison lors d’une fièvre), à chasser les toxines du corps par son action purificatrice sur le sang, et à nettoyer les inflammations articulaires (rhumatisme, arthrose, douleur articulaire).  

En santé féminine, l’Angélique apporte sa chaleur et son action tonifiante dans le ventre. Elle stimule le flux menstruel, soulage les crampes, le syndrôme prémenstruel et les douleurs d’endométriose. Elle favorise la régularité des cycle de la femme, l’équilibre hormonal, la fertilité (chez l’homme comme chez la femme), et le désir sexuel. Elle doit être évitée lors d’une grossesse car elle risquerait de stimuler l’utérus et chasser le foetus. Cependant, elle peut etre utilisée pour encourager le travail d’accouchement et la sortie du placenta lorsque ces derniers sont ralentis. Lorsqu’il y a chez la femme une déconnection au ventre et à l’utérus (du fait d’un deuil maternel ou d’un traumatisme sexuel par exemple) l’Angélique apporte sa chaleur, sa vitalité et un sentiment de renouveau, de lâcher-prise et de complétude intérieure.  

L’Angélique est également une plante alliée du plexus solaire. La tisane de sa racine prend une couleur dorée qui évoque notre richesse intérieure et notre rayonnement. Notre rayonnement, c’est notre feu intérieur, ce fameux feu digestif qui nous permet de digérer à la fois les expériences de la vie, et tout ce que nous mangeons. L’Angélique, amère et aromatique, stimule et protège la sphère digestive. C’est une des plantes qui sont incorporées dans les liqueurs digestives monastiques Bénédictine (Normandie) et Chartreuse (Alpes). L’Angélique peut est utilisée pour soigner l’indigestion, les ballonnements, les coliques, les brûlures d’estomac, les crampes intestinales, la dyspepsie chronique (ballonnements avec nausée et rôts), et les flatulences. Elle soigne également la perte d’appétit (y compris l’anorexie) en aidant à rallumer ce fameux feu intérieur, redonnant ainsi le goût de manger. Lorsque le foie est abimé par l’alcool, les drogues ou des produits chimiques, l’Angélique protection, régénère, et diminue les addictions.

L’Angélique soigne également la sphère respiratoire lorsque celle-ci est congestionnée et infectée. Elle chasse les stagnations respiratoires du type toux grasse avec inflammation et constriction (bronchite, toux grasse, infections respiratoires, infections pulmonaires, grippe, asthme). Ses propriétés antimicrobiale et antibactérienne protègent et limitent la contagion des virus et soignent tous types d’infection (pulmonaire, urinaire…) y compris les grandes épidemies ! Lorsque la peste faisait des ravages en Europe, on utilisait l’Angélique avec succès pour limiter la propagation de la maladie. Le nom Angelica archangelica provient par ailleurs de cette pèriode de l’histoire puisqu’un moine aurait reçu de l’Archange Michael l’indication d’utiliser cette plante pour se protéger de et soigner la peste. Pour soigner un rhûme à l’époque, on déracinait une racine, on la brossait délicatement sous l’eau puis on la machait tout au long de la journée.

Les qualités aromatiques de l’Angélique fait d’elle une grande alliée de l’anxiété et de la nervosité, particulièrement lorsque celle-ci est de nature froide et peureuse, et se manifeste par des frissons et de la rigidité dans le corps. L’Angélique détend et réchauffe à la fois. Elle le fait de façon tout à fait protectrice, oeuvrant pour ouvrir délicatement le corps vers l’extérieur (on parlait plus haut de ses vertus sudorifiques, et circulatoires…). L’Angélique aide à clarifier la pensée et peut être utilisée lors de : migraines, fatigue nerveuse de nature froide, épuisement nerveux, confusion, vision flou (interne ou externe). Elle fait de l’espace dans la région cranienne, en faisant éliminer, « suer » les pensées pour laisser pénétrer plus de clarté. Un déséquilibre dans la région cranienne indique très souvent un déséquilibre au niveau des racines, un manque d’ancrage, et la racine d’Angélique se prête très bien à ce travail de ré-équilibrage. 

Préparations médicinales :

Tisane d’Angélique :
option 1: faire une décoction de la racine, dans l’eau frémissante d’une casserolle pendant 10 minutes ;
option 2 : infuser la racine dans une théière pendant 10-15 minutes ;
option 3 : infuser la graine dans une théière pendant 10 minutes.
La plante s’utilise fraîche ou séchée.
Pour soigner une toux sèche irritée : racine d’Angélique + Molène + racine de Guimauve (parts égales)
Pour soigner la sphère respiratoire : racine d’Angélique + racine de Grande Aunee + baies de Sureau + baies de Genévrier (parts égales)
Pour soigner la sphère digestive : racine d’Angélique + racine de Pissenlit + racine de Bardane (parts égales)

Macérât huileux de racine d’Angélique : Remplir un demi bocal de racines d’Angélique sèche, découpée en petits dés, et recouvrir d’huile d’olive vierge pressée à froid. Laisser macérer 4 semaines sur un bord de fenêtre ensoleillé avant de filtrer et embouteiller l’huile. Masser abondamment sur les zones sensibles (ventre ou articulations ou tout le corps). Ne pas s’exposer au soleil après utilisation (plante photosensibilisante).

Sirop d’Angélique : pour soigner les toux et rhûmes. Faire une décoction de racines d’Angélique, Grande Aunée, Guimauve, et de baies de Sureau et de Genévrier. Filtrer puis remettre en casserolle. Ajouter 1g de miel/rapadra/concentre de jus de pomme pour 1ml de décoction. Laisser frémir jusqu’à obtention d’un sirop. Verser le sirop chaud dans un flacon et fermer le bouchon (pour le stériliser).

Vin d’Angélique : une vieille recette, apéritive, tonique et stomachique. Macérer 60g de racine ou graine d’Angélique dans 1L de vin blanc pendant 1 mois. Boire 1 verre par jour.

Les fleurs d’Angélique peuvent être cueillies pour aromatiser les boissons, tandis que les jeunes feuilles peuvent être mangées crues ou cuites.

Sauna : un soin typique des régions froides du Nord de l’Europe, où l’Angélique pousse abondamment. Soigne les rhûmes, la toux, et l’asthme. Pour un sauna type finlandais, saupoudrer de la racine d’Angélique sur la pierre. Pour un sauna facial, faire bouillir Angélique + herbes aromatiques, verser dans un bol, placer le visage par dessus, recouvert d’une serviette, et inspirer.

Cataplasme d’Angélique : couper finement les feuilles fraîches. Verser par dessus un peu d’eau bouillante pour humidifier and activer l’herbe. Appliquer l’herbe généreusement sur un tissu de coton, puis mettre sur la poitrine pour soigner maladies pulmonaires et affections du thorax. Utiliser un bandage pour maintenir le cataplasme et conserver la chaleur. Laisser en place quelques heures ou toute la nuit.

Compresse d’Angélique : pour un soin de détente. Faire une décoction de la racine d’Angélique. Une fois prête, tremper une petite serviette dans la décoction. Essorer la serviette et recouvrir le haut de la tête, le front, les oreilles et les yeux avec la serviette.

Contre-indications : Ne pas utiliser pendant la grossesse et l’allaitement (c’est un puissant stimulant utérin). Ne pas utiliser en cas de flux menstruel abondant. Éviter toute utilisation avant une opération chirurgicale (1 semaine avant). Éviter en cas de reflux gastrique, ulcère péptique, hypotension, et utiliser avec prudence avec le diabète car l’Angélique augmente le taux de glycémie. Une utilisation excessive d’Angélique peut affecter la tension artérielle et la respiration, et surstimuler le sytème nerveux. l’Angélique dans sa composition chimique contient des coumarins qui peuvent fluidifier le sang – rester sur des petites doses, ne pas consommer sur des longues périodes et éviter entièrement avec des médicaments qui coagulent le sang. Comme d’autres plantes de la famille botanique Apiaceae, l’Angélique contient des furocoumarins qui peuvent causer des réactions de la peau par photosensibilisation.

Sources :

Herbalism: An Illustrated Guide, Non Shaw
A Modern Herbal, Mrs M. Grieve
Ireland Plant Medicine Guide, Sage L. Maurer, The Gaia School of Healing
Plantes de montagne, Marie-Laure Babelon
350 plantes médicinales, Wolfgang Hensel
Se soigner par les plantes, Docteur Gilles Corjon
Sacred Plant Initiations, Carole Guyett
Plant Spirit Healing, Pam Montgomery
Sacred Plant Medicine, Stephen Harrod Buhner
Conversations with Plants, Nikki Darrell
The Illustrated Herbal Handbook, Juliette de Bairacli Levy
The Lunar Apothecary online course, Worts + Cunning Apothecary
Anticancer Plants: A Review of the Active Phytochemicals, Applications in Animal Models, and Regulatory Aspects Table 1
The Complete Herbal Tutor, Anne McIntyre
Se soigner avec les plantes de nos montagnes, François Couplan
Les Angéliques : des Messagères de la Terre pour Réanimer les Terriens 
In vitro Antimicrobial Activity of Angelica sylvestris Roots