Artemisia vulgaris ~ ARMOISE

17/07/2021
17/07/2021
17/07/2021

MONOGRAPHIE

Nom Latin : Artemisia vulgaris

Déesse grecque de la chasse, Artémis est une des déesses lunaires. Protectrice de la faune et de la flore sauvages, on la dépeint parcourant les forêts armée de son arc et de ses flèches, guidée par son instinct de chasseresse. Jeune femme libérée des contraintes sociétales, Artémis incarne le féminin sauvage et les forces évolutives et indomptables de la Nature. Elle mets sa vie au service du maintien de l’équilibre de son écosystème et veille sur les femmes enceintes et jeunes enfants. Artémis a donné son nom au genre botanique Artemisia dont appartient l’Armoise (Artemisia vulgaris).

Noms communs : Armoise commune, La mère des herbes, Tabac de Saint Pierre, Herbe aux cent goûts, Artemise, Couronne de Saint Jean, Ceinture de Saint Jean, Remise, Herbes de feu, Herbe de Saint Jean

Famille botanique : Asteraceae

Identification : Artemisia vulgaris – Armoise – est une herbe sauvage, fertile et haute poussant jusqu’à 2 mètres de hauteur. C’est une herbe vivace, que l’on peut voir dans la nature entre les mois d’avril et novembre. Dans la famille des artemisia, l’armoise a plusieurs soeurs : Artemisia absinthium, Artemisia annua, Artemisia glacialis, Artemisia genepis, Artemisia dracunculus, Artemisia abrotanum, Artemisia tridentata, Artemisia ludoviciana et Artemisia douglasiana. On reconnaît l’Armoise à ses branchages robustes, rougeâtres et angulaires, ses feuilles pennées et segmentées, vert sombre sur le dessus et gris « coton » ou gris « lunaire » sur le dessous. Les fleurs sont erigees au sommet des tiges terminales, de petits capitules ovales et cotonneux, de couleur jaune/orange/rouge.

Habitat, Culture, Multiplication : L’Armoise est originaire d’Asie et est aujourd’hui très répandue. Elle pousse communément en bord de bois, bord de chemin, dans les talus, fossés et friches. Elle préfère les sols bien drainés dans des zones plutôt humides, avec une exposition plein soleil ou semi-ombre. Les moutons aiment manger ses feuilles et ses racines. On peut la multiplier avec ses graines, semées au printemps, ou en divisant les plants au printemps. On peut aussi réaliser une bouture de ses jeunes tiges. L’Armoise pousse en colonies qui se déplacent grace à leurs rhizomes.

Parties utilisées : parties aériennes fleuries, rhizome

Consignes de cueillette : cueillir les parties aériennes fleuries l’été, par temps sec ; cueillir les racines à l’automne.

Goûts : amer, piquant ; les fleurs sont amères, douces et aromatiques

Energétique : froid, chaud, sec

Composants : huile volatile, lactones sesquiterpènes, flavonoïdes, tannins, silice, plyacetyles antibiotiques, inuline, hydroxycoumarins, triterpène, fer, phosphore, potassiome, zinc, sitostérole

Actions : analgésique, antibacterien, anticonvulsivant, antifongique, anti-galactogène, anti-inflammatoire, antirhumatismal, antispasmodique, astringent, amer, carminatif, stimulant circulatoire, cholagogue, cholérétique, diaphorétique, tonique digestif, diurétique, émménagogue, expéctorant, régulateur menstruel, sédatif, stimulant nerveux, stimulant utérin, vermifuge

Utilisations médicinales : Dans la tradition européenne, on dit que l’Armoise est une de nos plus anciennes herbes, qu’elle est la « mère des herbes ». C’est une plante ancestrale et maternelle du fait qu’elle initie la personne qui l’utilise à la médecine ancestrale, sauvage et féminine. Son énergie est très clairement maternelle, féminine, lunaire, sauvage, guerrière, protectrice et déterminée tout comme la déesse Artémis dont elle porte le nom. En herboristerie, l’Armoise est utilisée pour soutenir la femme et son utérus dans chacune des phases de sa vie : jeune fille, mère et crone. Chez la jeune fille, l’Armoise favorise une cycle menstruel régulier, soulage les crampes menstruelles, les douleurs au dos, et stimule le flux menstruel lorsque celui-ci est absent ou en retard. Une infusion ou au sauna vaginal d’Armoise avant le début du cycle (avant le 1er jour des règles) réchauffe et stimule l’utérus, permettant de fluidifier le sang qui stagne. Lors des accouchements, l’Armoise apporte la protection d’Artémis : un bouquet d’Armoise était traditionnellement accroché à la jambe des femmes qui accouchaient. Lorsque l’accouchement est long ou que le placenta ne sort pas, l’Armoise peut être utilisée par voie interne ou sur la peau sous forme de compresse ou encore sous forme d’encens pour aider à l’accouchement. L’Armoise est indiquée pour les saignements et l’hemorragie post-partum, et la mastite. Chez la crone, la femme ménopausée ou en pré-ménopause, l’Armoise favorise l’équilibre hormonal. En synergie avec le Romarin, elle soulage les bouffées de chaleur soudaines.

D’une point de vue énergetique, l’Armoise apporte du mouvement là où l’énergie stagne dans le corps. Elle stimule la circulation, favorisant l’élimination des toxines accumulées dans le corps, responsables de douleurs articulaires ou de rhumatisme. En acupuncture traditionnelle, on utilise l’Armoise sous forme de cigare appele « Moxas » pour chauffer les points d’acupression et soulager les douleurs. L’Armoise s’utilise aussi sous forme de bâton de fumigation pour purifier les espaces, chasser les parasites et protéger la maison. C’est une herbe fortifiante dans le traitement de l’asthénie, de la fièvre et de l’anémie.

L’Armoise a des vertus nettoyantes pour le système digestif. Elle soulage les indigestions, flatulences et coliques intestinales (boire une infusion de ses feuilles et fleurs une demie heure avant le repas – 1 càc par tasse). Elle soigne également la dyspepsie, elle refroidit l’appareil digestif en cas de fièvre, elle stimule l’appétit, et détoxifie le foie lorsque celui-ci est alourdi par une digestion lente. Anti-parasitaire, on utilise aussi l’Armoise pour chasser parasites et vers intestinaux.

Enfin, l’Armoise est relaxante, et peut avoir des effets sédatifs. Elle stimule l’activité du cerveau droit, le cerveau de l’imagination et du reve, et peut être utilisée avec d’autres plantes relaxantes (Mélisse, Passiflore…) pour induire un sommeil profond. Elle peut également être efficace sur les personnes dont les nuits sont perturbées par des rêves trop intenses.

Préparations médicinales :

Bain d’Armoise : Preparer 1L d’infusion d’Armoise et la verser dans l’eau du bain.

Synergie pour sauna vaginal : Armoise + Lavande + Rose (parts égales).

Recette traditionnelle pour un retour des règles en post-partum : 20g fleurs d’Armoise + 10g fleurs de Calendula dans 1L d’eau froide – faire bouillir et laisser infuser 10 minutes hors du feu. Boire 3 tasses par jour a jeun, un mois après la naissance.

Pour stimuler le flux menstruel : infusion quotidienne de Sauge + Armoise + Achillée millefeuille (parts égales)

Pour des règles agréables : boire ou ajouter à l’eau du bain : Armoise + écorce de Viorne obier + Avoine + Camomille (parts égales)

Pour les douleurs menstruelles : Armoise + Gingembre, une tasse par jour pendant 1 semaine avant que ne commence le cycle.

Macérât huileux d’Armoise : remplir un bocal d’Armoise (parties aériennes de la plante) sèche et recouvrir d’huile d’olive vierge pressée à froid. Fermer le bocal et laisser macérer 4 semaines sur une fenêtre ensoleillée avant de filtrer et embouteiller. Masser toute la région pelvienne et le ventre pour soulager les crampes menstruelles, et sur les articulations douloureuses, les blessures et cicatrices pour les soigner.

Contre-indications : Ne pas utiliser pendant la grossesse (plante abortive) et l’allaitement (anti-galactogène). Ne pas utiliser sur des longues periodes (3-6 semaines maximum) sans faire une pause d’au moins 10 jours car elle pourrait avoir des effets inverses sur le système nerveux. Utiliser à petites doses. 

Sources :

Hygeia: A Woman’s Herbal, Jeannine Parvati
The Lunar Apothecary, Worts + Cunning Apothecary
Ireland Plant Medicine Guide, Sage L. Maurer, The Gaia School of Healing
Conversations with Plants, Nikki Darrell
Plant Spirit Healing, Pam Montgomery
A Modern Herbal, Mrs M. Grieve
Se soigner par les plantes, Docteur Gille Corjon
350 plantes medicinales, Wolfgang Hensel
Traveler’s Joy, Juliette de Bairacli Levy
Herbalism: An Illustrated Guide, Non Shaw
“Listen” Podcast Episode 14, Forage Botanicals
https://www.ncbi.nlm.nih.gov/pmc/articles/PMC4838807/